Gouvernance

Gestion des risques climatiques

Equinix reconnaît l’urgence du changement climatique dans le monde et s’engage à améliorer et à renforcer ses pratiques de gestion des risques climatiques. Grâce à notre collaboration avec Accounting for Sustainability (A4S), nous intégrons la gestion des risques liés aux changements climatiques dans nos activités lorsque cela est possible et pertinent. Notre politique de développement durable et de changement climatique dans le monde détaille notre approche et nos pratiques en matière d’environnement, de stratégie climatique, d’utilisation efficace des ressources et de reporting.

Les évaluations des risques physiques que nous effectuons pour nos datacentres IBX® tiennent compte d’éléments environnementaux régionaux tels que les feux de brousse, les inondations, le vent et la sécheresse, ainsi que les mesures d’atténuation de ces types de phénomènes. Les résultats de l’évaluation sont inclus dans notre Global Design Standard (norme internationale de conception) et sont régulièrement communiqués par notre Vice-Président, Global Risk and Security (risque et sécurité au niveau mondial). Nous avons également mis en place des plans formels d’intervention d’urgence pour lutter contre les inondations dans les datacentres IBX.

En 2022, nous avons effectué une analyse de scénarios de risque climatique, aligné sur les principes TCFD, avec l’aide d’un consultant externe qui a évalué nos risques physiques et conjoncturels. Grâce à une série d’ateliers réunissant des experts d’Equinix issus de nombreux domaines fonctionnels, nous avons hiérarchisé les risques et les opportunités liés au climat et pertinents pour notre activité. L’analyse a présenté les risques physiques en fonction de différents scénarios de changements climatiques et d’échéances temporelles, afin d’évaluer la manière dont ces risques peuvent évoluer et le début de ces évolutions. Nous exploitons ces résultats pour comprendre les impacts potentiels du changement climatique et comment gérer les risques métiers associés, tels que l’augmentation des coûts de l’énergie et de l’eau en cas de sécheresse et les arrêts d’activité plus nombreux en cas d’inondations.

Conformité aux recommandations du Groupe de travail sur la publication d’informations financières relatives au climat (TCFD)

Equinix soutient les objectifs du TCFD visant à apporter une certaine transparence sur les risques climatiques dans le reporting financier. Nous pensons que notre reporting actuel sur le développement durable est en phase avec les orientations du TCFD, et nous avons l’intention de continuer à développer notre stratégie et d’assurer notre reporting dans ce cadre.

Logo of Task Force on Climate-Related Financial Disclosures
Le pilier du TCFD Secteur clé Informations à fournir
Gouvernance :
Présenter des informations sur la gouvernance de l’entreprise en matière de risques et d’opportunités liés au climat.
Décrire les perspectives du conseil d’administration sur les risques et opportunités liés au climat. Comité de nomination et de gouvernance
Le comité de nomination et de gouvernance(Nominating and Governance Committee)
est chargé de la stratégie, des politiques, des pratiques, des performances et du reporting relatifs aux questions ESG de l’entreprise. Le comité fournit des informations périodiques à l’ensemble du conseil d’administration. Au moins une fois par an, le comité reçoit ces informations actualisées, y compris une synthèse ESG, de la part du bureau du programme sur le développement durable, pour le compte du Comité de pilotage du développement durable. Nos indicateurs environnementaux sont passés en revue chaque trimestre.Comité de pilotage du développement durable
Notre Sustainability Executive Steering Committee (Comité de pilotage du développement durable) soutient et oriente les stratégies et les programmes ESG de l’entreprise qui permettent à Equinix de gérer les risques et opportunités liés au climat. En date du 31 décembre 2022, ce comité était composé des dirigeants suivants : Executive Chairman, President and Chief Executive Officer, Chief Financial Officer, Chief Legal and Human Resources Officer, Executive Vice President of Data Center Services et Executive Vice President of Global Operations..Comité des talents, de la culture et de la rémunération
Le Comité des talents, de la culture et des rémunérations (Talent, Culture and Compensation Committee) supervise la gestion du capital humain. Il s’occupe notamment de stratégies visant à attirer, valoriser et retenir les talents à tous les niveaux, à stimuler l’engagement des employés, à faire de la culture d’Equinix un avantage concurrentiel et à promouvoir la diversité, l’intégration et le sentiment d’appartenance parmi les collaborateurs.

Comité des finances
Le Comité des finances (Finance Committee) supervise les obligations vertes d’Equinix. Equinix poursuit son engagement en faveur du développement durable en investissant dans des projets qui touchent plusieurs domaines d’innovation.

Comité d’audit
Le comité d’audit (Audit Committee) supervise les déclarations financières d’Equinix déposées auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC). En 2022, ce comité a reçu les nouveautés concernant les exigences de la SEC sur le reporting lié au climat, ce qui devrait être pris en compte en 2023.

Pour plus d’informations, consultez les questions C1.1a et C1.1b de la déclaration de l’entreprise auprès de CDP.

Décrire le rôle du management dans l’évaluation et la gestion des risques et opportunités liés au climat. Les risques, y compris ceux liés aux changements climatiques, sont gérés à plusieurs niveaux au sein de l’organisation et par des équipes pluridisciplinaires. Equinix est consciente que la gestion des changements climatiques doit être transversale et, compte tenu de la nature de l’activité d’Equinix, qui consiste à construire et à exploiter des datacentres, les risques physiques liés au climat (par exemple, les conditions météorologiques extrêmes) et les risques conjoncturels (par exemple, la tarification de l’énergie) sont très importants pour l’entreprise.

Le programme de gestion des risques d’entreprise (ERM – Enterprise Risk Management) d’Equinix favorise l’identification, l’évaluation, la gestion, le suivi et la communication des principaux risques métiers, y compris ceux liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. Notre processus ERM intègre les lignes directrices et les meilleures pratiques de la norme ISO 31000 (Gestion des risques : principes et lignes directrices) et de la norme COSO (Gestion des risques d’entreprise : intégration avec la stratégie et les performances). À mesure que nous nous développons, nous cherchons toujours à améliorer notre processus de gestion des risques et à intégrer les risques associés aux diverses régions dans lesquelles nous opérons.

La structure de reporting des risques d’Equinix permet à nos équipes internes de surveiller l’état des principaux risques et l’efficacité de nos efforts de maîtrise de ces risques. Nos pratiques de gestion des risques sont pilotées par notre vice-président en charge des risques et de la sécurité au niveau mondial, avec l’aide du vice-président chargé des services d’assurance métiers. Les principaux risques sont communiqués au conseil d’administration et le comité de nomination et de gouvernance reçoit des informations trimestrielles sur les sujets clés en matière de risques.

Equinix évalue les principaux risques et mesures à l’aide d’un modèle standard d’évaluation des risques. Les principaux sujets relatifs aux risques portent sur la continuité des activités et la reprise après sinistre, les défis liés au capital humain, la chaîne d’approvisionnement, la cybersécurité, les catastrophes naturelles (notamment la sécheresse, les précipitations extrêmes et les ondes de tempête) et la conformité réglementaire.

Nous travaillons avec diligence pour analyser des risques clés avec les responsables respectifs qui relaient nos échanges sur les risques au sein de l’organisation. En 2022, nous avons entamé un processus en plusieurs phases pour actualiser et approfondir la liste des risques d’Equinix. La phase 1, qui comprenait des entretiens avec plus de trente cadres dirigeants et administrateurs, a mis en évidence un changement et ajouté des risques tels que les risques environnementaux, sociaux et de gouvernance à notre liste de risques principaux.

Le bureau du programme sur le développement durable (SPO – Sustainability Program Office) d’Equinix est dirigé par le vice-président chargé des finances et du développement durable de l’entreprise. Le bureau du programme dispose d’une équipe de sept équivalents temps plein (un vice-président, trois cadres supérieurs, un cadre, un analyste principal et un analyste) qui sont responsables de la supervision quotidienne de la stratégie de développement durable d’Equinix, ainsi que de la manière dont nous faisons évoluer notre stratégie sur le climat. Le SPO fait preuve d’un leadership éclairé, de connaissances spécialisées et d’une gestion de programme pour s’assurer qu’Equinix dispose du personnel, des programmes et des systèmes nécessaires pour faire évoluer sa gestion des risques liés au climat dans différents domaines importants. Il collabore avec divers domaines fonctionnels en rapport avec des sujets importants : conception et construction de nos installations, opérations, énergies renouvelables et approvisionnement en énergie, efficacité énergétique et approvisionnement à l’échelle mondiale. Le SPO est placé sous l’autorité directe du CFO.

Le bureau du programme sur le développement durable collabore avec le CEO par l’intermédiaire du Comité de pilotage du développement durable, qui se réunit tous les trimestres. Le CEO d’Equinix est la personne la plus haut placée de l’entreprise et l’un des membres de ce comité. En tant que membre du conseil d’administration, le CEO joue également un rôle clé de lien entre l’entreprise et les autres membres du conseil d’administration. Il est indispensable d’intégrer le développement durable dans sa stratégie et ses responsabilités. Le CEO rend compte à notre Executive Chairman et au conseil d’administration, qui sont chargés de gérer les menaces et les risques, notamment les questions liées au climat.

Le CFO d’Equinix, qui rend compte au CEO, est également membre du Comité de pilotage du développement durable. Le CFO d’Equinix a des responsabilités sur le plan climatique, car il gère les rapports financiers et non financiers et supervise les finances et le budget d’Equinix au niveau mondial. Le contrôle du budget annuel par le CFO a un impact direct sur la mise en œuvre des projets sur le climat. Le CFO d’Equinix a fait le nécessaire pour accroître le niveau de transparence concernant les risques et les opportunités liés au climat, en assurant notamment la publication d’informations au-delà de notre rapport annuel sur le développement durable, telles que celles demandées par le TCFD.

Pour plus d’informations, consultez les réponses d’Equinix aux questions C1.1a, C1.1b, C1.2a et C1.3a du questionnaire de CDP.

Stratégie :

Publier des informations sur l’impact réel et potentiel des risques et des opportunités liés au climat sur les activités, la stratégie et la planification financière de l’entreprise, lorsque ces informations sont importantes.

Décrire les risques et les opportunités liés au climat que l’entreprise a identifiés à court, moyen et long terme. Afin de hiérarchiser les risques climatiques pertinents pour Equinix, un examen qualitatif a été réalisé en 2022 pour identifier, évaluer et quantifier les risques physiques et conjoncturels liés au climat pour Equinix, ainsi que les opportunités qui en découlent. Les responsables opérationnels des principaux domaines d’activité fonctionnels ont été sollicités pour bien comprendre la manière dont Equinix gère actuellement les risques climatiques afin d’atteindre ses objectifs.

Les risques physiques et conjoncturels qui ont été évalués correspondent aux catégories de risques identifiées par le TCFD. Les risques suivants (tableau 1) ont été jugés pertinents par les différents partenaires d’Equinix. La vulnérabilité d’Equinix aux risques en termes d’état de préparation, d’agilité et d’adaptabilité a été évaluée à court (avant 2030), moyen (2030-2050) et long terme (au-delà de 2050) :

Tableau 1. Évaluation des catégories de risques physiques et de transition du TCFD

Catégorie de risque Description Échéance temporelle
Physique aigu Augmentation de la fréquence et de la gravité des phénomènes météorologiques extrêmes liés aux événements De moyen à long terme
Physique chronique Augmentation des températures moyennes et de la versatilité des températures Long terme
Physique chronique Augmentation du niveau des mers Long terme
Physique chronique Changements dans les régimes de précipitations Long terme
Transition – Technologie L’incertitude sur le coût des innovations technologiques qui permettent la transition énergétique vers une économie à faible émission de carbone Moyen terme
Transition – Réputation Perception incertaine et changeante de la contribution d’Equinix à la transition vers une économie à faibles émissions de carbone De court à moyen terme
Transition – Cadres juridique et politique transitoires Politiques visant à limiter les effets négatifs du changement climatique ou à promouvoir l’adaptation au changement climatique De moyen à long terme
Transition – Marché Changements incertains dans l’offre et la demande de services Equinix Moyen terme

Les opportunités envisagées lors de ces ateliers sont présentées dans le tableau 2.

Tableau 2. Opportunités évaluées par les partenaires d’Equinix

Catégorie Description Échéance temporelle
Efficacité des ressources Efficacité des opérations d’Equinix (datacentres et bureaux) De court à moyen terme
Source d’énergie L’utilisation par Equinix de sources d’énergie à faibles émissions et sa participation au marché du carbone Moyen à long terme
Produits et services L’évolution des préférences des consommateurs vers les datacentres d’Equinix du fait de leur efficacité et du rôle d’Equinix dans la transition vers une économie à faible émission de carbone. De court à moyen terme
Marchés Accès d’Equinix à de nouveaux clients Moyen à long terme
Résilience La capacité d’Equinix à poursuivre ses activités malgré les risques liés au climat grâce à la planification de la résilience et à la fiabilité des services. De moyen à long terme

Les risques ont été classés par ordre de priorité en fonction de l’ampleur de leur impact et des risques sur lesquels Equinix a un contrôle direct (risques de premier ordre).

Risque physique :
Les risques physiques prioritaires modélisés à l’aide de l’analyse de scénarios sont les suivants :

  • Sécheresse : les changements dans le régime des précipitations entraînent une augmentation des conditions de sécheresse pour les datacentres d’Equinix, alors qu’une partie du parc de ces datacentres a besoin d’eau pour son refroidissement.
  • Inondations : le risque accru d’inondations des datacentres Equinix en raison de la fréquence et de l’intensité plus élevées des précipitations extrêmes qui accentuent les risques suivants : inondations de surface, élévation du niveau de la mer et des ondes de tempête qui accentuent les risques d’inondations côtières.

La modélisation des analyses a été réalisée sur la base de scénarios RCP (Representative Concentration Pathways) : faible 4,5 (2 °C), élevée 4,5 (2 à 4 °C) et 8,5 (4 °C). Ces RCP ont été utilisées pour évaluer les différents impacts climatiques pour des échéances à 2030 et 2050 du « monde futur », en se concentrant dans un premier temps sur les risques physiques prioritaires. Dans son analyse, Equinix a modélisé la probabilité de réalisation de ces risques, pour chaque scénario et pour chaque échéance temporelle, grâce à des modèles climatiques et à leurs implications financières. L’analyse évalue l’ampleur de l’impact futur possible de ces risques et permet à Equinix de mieux comprendre comment les investissements futurs peuvent améliorer sa résilience opérationnelle.

L’augmentation de la fréquence et de l’intensité des sécheresses a été déterminée par l’analyse des changements dans les précipitations observées au cours d’un intervalle de temps donné par rapport à une plage de probabilités de précipitations plus large, disponible à partir de l’indice SPI (indice normalisé des précipitations) . L’évolution des sécheresses pourrait entraîner une augmentation des coûts d’exploitation et une limitation de ressources clés telles que l’électricité et l’eau. Par conséquent, les répercussions économiques liées à la sécheresse se basaient sur la consommation d’énergie et d’eau d’Equinix en 202. Des hypothèses ont été formulées, étayées par des études de cas existantes et des ressources externes évaluées par des pairs sur la manière dont les coûts de l’énergie et de l’eau pourraient augmenter dans le cadre des scénarios de sécheresse futurs.

L’augmentation de la fréquence et de l’intensité des inondations a été déterminée par une analyse des changements dans les précipitations extrêmes et, pour les zones côtières, des changements dans les ondes de tempête dus à l’élévation du niveau de la mer. Les inondations sur les sites vulnérables pourraient mettre en péril les systèmes extérieurs critiques et poser un risque de réputation si les inondations entraînent des arrêts opérationnels plus fréquents. Pour mieux comprendre les implications des risques d’inondations futurs selon différents scénarios, nous avons utilisé l’exposition actuelle de notre parc de sites aux zones inondables. D’une manière générale, l’analyse a montré que si un site est déjà exposé aux inondations (zone inondable ou emplacement côtier), le changement climatique pourrait exacerber ce risque et entraîner une augmentation des dommages matériels et un arrêt des activités.

Cette analyse a révélé que les risques de sécheresse et d’inondations peuvent augmenter dans une partie du parc d’Equinix, quels que soient le scénario et l’échéance temporelle. Elle a confirmé que les investissements en efficacité énergétique et hydrique pourraient constituer un avantage stratégique pour renforcer notre résilience opérationnelle, en particulier dans les sites qui sont vulnérables à ces deux risques.

Risque de transition :
Equinix a entamé une analyse des scénarios de risque de transition afin d’évaluer l’exposition à ces risques induits par la transition vers une économie mondiale à faible émission de carbone. Pour quantifier cette exposition, nous sommes en train de modéliser l’exposition de notre entreprise à la tarification du carbone en utilisant les six scénarios du Network for Greening the Financial System (NGFS) (moins de 2 °C, net zéro d’ici 2050, transition retardée, net zéro divergent, contributions déterminées au niveau national, politiques actuelles) dans les scénarios de croissance et de réduction des émissions de GES spécifiques à Equinix. Cette analyse devrait donner une indication de la pertinence de notre stratégie par rapport à différents environnements politiques futurs en matière de carbone, orientés vers un monde dont le réchauffement est compris entre 1,5 et 2 °C.

Du fait du nombre, de la diversité et de la robustesse des scénarios du NGFS, ils ont été utilisés dans le cadre de notre analyse. En outre, les scénarios du NGFS ont été élaborés par les institutions financières centrales de huit grandes économies et s’appuient sur les évaluations du GIEC, des hypothèses socio-économiques et trois modèles différents d’évaluation intégrée du climat. Grâce à un prix fictif des émissions, les scénarios donnent une idée de l’impact que pourraient avoir sur les organisations les changements dans les politiques gouvernementales, les changements technologiques et l’évolution des préférences des consommateurs.

Pour plus d’informations, consultez les réponses d’Equinix aux questions C2.1a, C2.2a, C2.3a et C2.4a du questionnaire de CDP

Décrire l’impact des risques et des opportunités liés au climat sur les activités, la stratégie et la planification financière de l’entreprise.​ Entreprises et stratégies

Opérations
Le coût de l’électricité représente une part importante des charges d’exploitation d’Equinix. En raison des changements climatiques, les nouvelles réglementations liées aux émissions de gaz à effet de serre au niveau local ou national, sous forme de taxes ou de redevances, pourraient renchérir le coût de l’électricité d’Equinix et, par conséquent, ses charges d’exploitation. Grâce aux analyses des scénarios futurs possibles (2 °C, 2-4 °C, 4 °C), Equinix a constaté que certains de ses sites devraient connaître des conditions de sécheresse accrues, ce qui pourrait augmenter les coûts de l’électricité et de l’eau en fonction de deux critères : la part de l’énergie hydroélectrique pour la production d’électricité locale et, d’autre part, la dépendance de chaque datacentre à l’eau pour son refroidissement. Cette exposition au risque contribue à façonner notre stratégie d’investissement, décrite ci-dessous, afin de renforcer la résilience de l’ensemble de nos sites.

Afin d’atténuer l’impact des coûts énergétiques, Equinix a modifié sa stratégie opérationnelle pour se concentrer davantage sur l’approvisionnement en énergies renouvelables et atteindre son objectif à long terme d’une énergie provenant à 100 % du renouvelable, pour tous ses sites dans le monde. Equinix s’est principalement concentré sur les régions dotées de systèmes de tarification du carbone, notamment les pays européens tels que la France. En 2022, nous avons acheté 7 430 GWh d’énergie renouvelable au niveau mondial pour couvrir 96 % de notre consommation opérationnelle d’électricité. En achetant de l’énergie 100 % renouvelable, Equinix a pu réaliser d’importantes économies en évitant les taxes sur l’énergie. Ces économies ont contribué à l’expansion de notre programme d’efficacité énergétique dans l’ensemble de nos activités.

Produits et services
Equinix s’engage à déployer les meilleures technologies, innovations et stratégies de datacentres pour réduire la consommation en énergie et en eau. Alors que la transformation numérique continue de remodeler presque tous les secteurs dans le monde, nous pensons que nous sommes particulièrement bien placés pour offrir à nos clients et partenaires des produits et des services de datacentres à faible émission de carbone. En même temps, nos parties prenantes (les clients, les investisseurs et les communautés) s’inquiètent du volume d’électricité nécessaire pour alimenter des charges informatiques croissantes dans le monde. Chaque datacentre que nous concevons, construisons et exploitons répond à des normes opérationnelles élevées, et nous avons une série d’objectifs climatiques ambitieux en vue de décarboner notre chaîne de valeur. Equinix a été la première entreprise de datacentres à se fixer un objectif SBT (Science-based Target) de devenir neutre sur le plan climatique dans toutes ses structures mondiales d’ici à 2030. En utilisant un datacentre Equinix, nos clients peuvent réduire l’empreinte carbone de leur infrastructure numérique et accéder aux énergies renouvelables sur beaucoup plus de marchés qu’il n’est possible de le faire s’ils agissaient seuls.

Chaîne d’approvisionnement
Equinix conçoit, construit et exploite des datacentres et des services numériques dans le monde entier. Notre chaîne d’approvisionnement se compose principalement de matériaux de construction et des services publics nécessaires pour fournir l’espace, l’électricité et le refroidissement que nous vendons à nos clients. Les risques et opportunités liés au climat ont eu un impact sur la résilience de notre chaîne d’approvisionnement et nous reconnaissons l’importance de collecter les données ESG et climatiques de nos principaux fournisseurs et d’incorporer des objectifs de réduction des émissions dans cette chaîne d’approvisionnement.

Equinix a fixé un objectif SBT à court terme qui comprend un volet relatif à la chaîne d’approvisionnement : nous inciterons les fournisseurs représentant 66 % de nos émissions de Scope 3, dans les catégories des biens et services achetés et des biens d’équipement, à fixer leurs SBT d’ici 2025. Notre programme d’incitation des fournisseurs est élaboré pour modifier la méthode de sélection et de travail avec nos fournisseurs, en faisant de la performance climatique un critère d’attribution de nos marchés et en offrant des incitations et des formations pour renforcer les compétences des fournisseurs sur ce sujet. Les informations que nous recueillons et les relations que nous établissons nous permettent de mieux comprendre de nombreux aspects de l’ambition et de la performance de nos fournisseurs, y compris les informations ESG et les indicateurs clés de performance environnementale, telles que les émissions de carbone.

Investir dans la R&D
La plupart de nos équipes (technologies, conception et construction, direction informatique et opérations) mènent des activités de R&D sur les innovations, les technologies, les changements d’infrastructure et les améliorations de processusµ. Nous répondons ainsi aux besoins de nos datacentres qui évoluent en raison des changements climatiques (évolution des températures ou des régimes climatiques, ou encore phénomènes météorologiques extrêmes dans différentes régions). Nos ingénieurs en mécanique et en génie électrique explorent régulièrement de nouvelles technologies et de nouveaux programmes à mettre en œuvre pour concrétiser des économies et améliorer la fiabilité ou la résilience.

Pour répondre à la demande variable des clients et à l’escalade des coûts énergétiques, nous avons développé une plateforme SaaS appelée IBX SmartView® qui surveille l’infrastructure électrique et mécanique au sein de nos datacentres et utilise l’apprentissage automatique pour nous aider à maintenir nos équipements à des niveaux optimaux de fonctionnement. Cette approche de l’intelligence artificielle (IA) permet aux machines d’apprendre, de tester et d’appliquer des connaissances de manière indépendante afin d’améliorer l’optimisation des datacentres avec un minimum d’intervention humaine. Nous avons également annoncé récemment (janvier 2022) notre site de co-innovation sur notre campus d’Ashburn, en Virginie. Des innovations durables, notamment le refroidissement par liquide, le refroidissement à haute densité, la gestion intelligente de l’énergie et la production d’énergie primaire sur site, sont étudiées dans le cadre de ce site, en partenariat avec les principaux innovateurs en matière de technologie des datacentres.

Planification financière

Chiffre d’affaires
Les clients se préoccupent de plus en plus de savoir si Equinix est protégé contre les risques physiques et de transition liés au changement climatique et si Equinix peut offrir ses services à partir de datacentres alimentés par une énergie renouvelable. Nous constatons que le développement durable est un critère important dans tous nos appels d’offres et qu’il y a une augmentation significative du nombre de questions sophistiquées liées aux exigences de développement durable dans environ un tiers de ces appels d’offres. Pour continuer à attirer des clients, à les fidéliser et à générer des revenus récurrents, Equinix s’est fixé pour objectif d’atteindre la neutralité climatique pour l’ensemble de ses activités mondiales d’ici à 2030. Les sites qui achètent de l’énergie 100 % renouvelable sont déjà neutres en carbone pour ce qui est des émissions opérationnelles liées à l’électricité. Nous réexaminons notre planification financière annuelle et notre stratégie commerciale en fonction des prix de l’électricité, de notre objectif en matière d’énergie renouvelable et des besoins des clients. Nous faisons évoluer notre stratégie et nos programmes à mesure que de nouveaux risques et opportunités climatiques se présentent.

Coûts d’exploitation
L’impact des risques et des opportunités liés au climat sur nos coûts d’exploitation est pris en compte dans nos processus de planification financière, annuellement et lors d’examens trimestriels avec chaque responsable de pays, ainsi que dans notre stratégie commerciale. Notre stratégie consiste à gérer activement la volatilité des prix de l’énergie, ainsi que les risques liés à la fiabilité et à l’approvisionnement, par l’intermédiaire de notre groupe Global Utilities & Renewable Energy. Nous avons conclu des contrats d’achat d’électricité à des taux fixes dans certaines régions. Nous achetons également de l’énergie renouvelable pour atténuer les risques liés au climat et pour nous protéger contre la volatilité des prix, les futures réglementations sur les gaz à effet de serre et l’évolution des risques liés à la réputation ou au marché. Nous gérons l’efficacité de nos datacentres à travers nos programmes sur le développement durable et l’efficacité énergétique à l’échelle mondiale en contrôlant l’indicateur d’efficacité énergétique (Power Usage Effectiveness – PUE) de nos datacentres. La réduction du PUE signifie que moins d’énergie est utilisée pour refroidir les installations informatiques de nos clients, ce qui se traduit par une réduction de l’empreinte carbone.

Investissements (CAPEX)
Les risques climatiques susceptibles de perturber les datacentres (tels que les ouragans et les inondations) sont traités en priorité dans le cadre de la collaboration avec nos assureurs, afin d’améliorer notre résilience. Equinix prend des mesures pour atténuer/éviter ces risques, notamment en augmentant le niveau des planchers au-dessus des plaines inondables et en construisant des toits conçus pour résister à des vents forts. Nous avons effectué une analyse de scénarios pour évaluer comment les changements dans les précipitations extrêmes et l’élévation du niveau de la mer peuvent modifier notre exposition future au risque d’inondations. Les risques liés au climat influencent nos améliorations et rénovations en matière d’efficacité. Notre programme « Global Design Standards » vise à promouvoir l’intégration du développement durable et de l’efficacité dans nos normes mondiales de conception. Des panneaux solaires photovoltaïques (PV), par exemple, sont envisagés pour chaque nouvelle construction.

Acquisition et cession
Les clients affirment que la fiabilité des datacentres et la disponibilité de l’énergie (qui sont toutes deux liées au changement climatique et en subissent les conséquences) font partie des qualités les plus importantes recherchées chez un fournisseur de datacentres, en plus d’une utilisation d’énergies renouvelables. Les acquisitions sont incluses dans nos évaluations annuelles des risques d’entreprise parce qu’elles nous exposent à des risques potentiels : perturbations de nos activités courantes et le détournement de l’attention de la direction, incapacité potentielle à concrétiser les gains d’efficacité opérationnelle prévus (impact négatif des modèles climatiques et météorologiques par exemple) ou les économies de coûts (faible disponibilité d’une énergie renouvelable économique, ou conditions ou normes d’exploitation inefficaces à l’intérieur du datacentre), ainsi que la possibilité de décevoir nos clients si nous ne sommes pas en mesure d’atteindre des niveaux de qualité et de fiabilité comparables aux pratiques antérieures (par exemple, incapacité à tenir nos engagements en matière d’énergies renouvelables).

Accès aux capitaux
Les investisseurs sont de plus en plus demandeurs de stratégies de développement durable. Ils examinent notre rapport annuel sur le développement durable conçu selon les principes GRI, pour vérifier la transparence et les progrès accomplis. Equinix répond à diverses demandes de renseignements émanant d’investisseurs et d’évaluateurs tels qu’ISS, MSCI et Sustainalytics. Pour répondre aux besoins croissants en matière de transformation durable et aligner notre stratégie de financement sur nos objectifs climatiques rendus publics, Equinix a émis, depuis l’exercice 2020, 4,9 milliards de dollars en obligations vertes, à la date d’avril 2023. Alors que nous développons nos initiatives mondiales de développement durable pour soutenir notre mission de conception, de construction et d’exploitation de datacentres afin de créer un monde numérique plus durable, ces investissements contribueront à propulser nos programmes dans de nombreux domaines d’innovation, notamment les bâtiments écologiques, les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et l’utilisation efficace de l’eau, la réduction des déchets et les transports écologiques.

Stratégie d’entreprise et planification financière au niveau des infrastructures
Les datacentres sont des infrastructures physiques soumises à des risques liés au climat, notamment les feux de brousse, les ouragans, les inondations, les tornades et autres catastrophes naturelles, les températures extrêmes, les dégâts des eaux et les coupures d’électricité. Toute défaillance de notre infrastructure physique ou tout dommage à l’infrastructure des clients dans nos datacentres pourrait entraîner des coûts importants, ainsi que des perturbations susceptibles de freine notre chiffre d’affaires, de ternir notre image de marque et de peser sur nos résultats financiers. Par conséquent, ces risques sont régulièrement contrôlés et évalués dans le cadre du programme de gestion des risques de l’entreprise (ERM) d’Equinix. Des mesures telles que des plans de continuité d’activité sont mises en place. Des rapports sont régulièrement présentés au comité de nomination et de gouvernance du conseil d’administration. Nos analyses de scénarios sur les risques de sécheresse et d’inondations en fonction des plages de température et des échéances temporelles futures permettent de mieux comprendre quels sont les endroits où le risque futur est le plus élevé en raison du changement climatique. L’analyse de scénarios contribuera à l’élaboration d’une stratégie résiliente grâce à un suivi et à une évaluation plus efficaces des risques.

Pour plus d’informations, consultez les réponses d’Equinix aux questions C2.3a, C3.2a, C3.3 et C3.4 du questionnaire de CDP

Décrire la résilience de la stratégie d’entreprise, en tenant compte de différents scénarios liés au climat, et notamment d’un scénario de 2 °C ou moins. Grâce à son approche de l’analyse des risques climatiques, Equinix entend renforcer sa résilience face à l’incertitude climatique future. L’évaluation des risques climatiques, réalisée de manière transversale avec nos partenaires, a fourni les données qualitatives nécessaires pour comprendre la position d’Equinix dans le paysage des risques climatiques. Grâce aux analyses de scénarios, nous avons recueilli les informations quantitatives nécessaires pour comprendre l’exposition au risque de nos sites et évaluer la capacité d’adaptation des sites à risque à des risques climatiques physiques spécifiques identifiés.

Nos analyses des sécheresses et des précipitations extrêmes nous ont permis d’examiner la médiane (50e percentile) et l’extrême supérieur (95e percentile) de 30 modèles LOCA à échelle réduite (à partir de l’ensemble de données climatiques LOCA au 1/16e http ://loca.ucsd.edu/) pour les trois différents scénarios mondiaux futurs (RCP faible 4,5, RCP élevée 4,5 et RCP 8,5), étant donné que les modèles inclus traitent d’une série de scénarios couvrant plusieurs perspectives d’avenir possibles. Notre analyse des inondations côtières porte sur la médiane (50e percentile) et l’extrême supérieur (95e percentile) des données climatiques de la NASA pour les mêmes scénarios futurs. Nous avons analysé plusieurs scénarios afin d’étudier comment différentes hypothèses sur les forces motrices essentielles peuvent produire des résultats très différents et nous permettre ainsi de mieux comprendre et évaluer l’éventail des risques, des opportunités et des incertitudes potentiels. L’examen de trois scénarios futurs possibles renforce notre résilience en donnant un aperçu des conditions auxquelles Equinix pourrait être confronté, qu’il s’agisse d’un scénario de réchauffement faible (RCP faible 4,5) ou d’un scénario de réchauffement plus élevé (RCP 8,5). Pour déterminer la probabilité que ces risques affectent nos sites, nous avons également analysé chaque scénario RCP en fonction de la pertinence du modèle climatique pris en compte. Un degré élevé de pertinence a ainsi été perçu comme le degré plus élevé de probabilité que le risque se concrétise sur un périmètre et à une échéance temporelle définis. L’incertitude prise en compte dans cette analyse permet à Equinix de tester l’agilité et la résilience de sa stratégie face au changement climatique physique et de démontrer l’importance stratégique de concevoir des datacentres capables de fonctionner efficacement dans cet environnement en pleine mutation. Les résultats de ces analyses nous permettent d’identifier les principaux moyens d’intégrer des considérations climatiques dans notre stratégie à long terme.

L’utilisation des scénarios de tarification du carbone du Network for Greening the Financial System (NGFS) dans notre analyse du risque de transition permettra de mieux comprendre les effets de notre stratégie. Ces scénarios utilisent trois modèles d’évaluation intégrée différents (GCAM 5.3, MESSAGEix-GLOBIOM et REMIND-MAgPIE 4.2) pour mieux saisir la variabilité des politiques futures et des facteurs clés. La tarification du NGFS s’appuie sur le modèle d’analyse du changement global (« GCAM »), un outil d’évaluation intégré qui représente le comportement et les interactions complexes entre les systèmes énergétiques, l’eau, l’agriculture et l’utilisation des terres, l’économie et le climat.

Pour plus d’informations, consultez les réponses d’Equinix à la question C3.2a du questionnaire de CDP

Gestion des risques :
Indiquer comment l’entreprise identifie, évalue et gère les risques liés au climat.
Décrire les processus d’identification et d’évaluation des risques liés au climat mis en place par l’entreprise.​ L’évaluation, le développement et l’action en matière de risques climatiques commencent avec nos experts en la matière au sein de nos équipes chargées du développement durable et des risques. Ils identifient et évaluent les impacts potentiels des changements climatiques avec les principales parties prenantes de l’entreprise, ainsi qu’avec nos consultants externes.

En 2022, nous avons mis en œuvre un processus d’évaluation des risques climatiques, c’est-à-dire un examen approfondi des risques potentiellement liés au climat, en fonction de leur probabilité, de leur importance et de leur impact sur l’entreprise à court, moyen et long terme. Le cadre de ce processus est global et comprend à la fois les impacts à l’échelle de l’organisation et les impacts au niveau des infrastructures. Les principaux groupes fonctionnels ayant des responsabilités dans l’ensemble de notre chaîne de valeur se sont engagés à étudier la manière dont les risques climatiques sont liés à leurs fonctions et peuvent être utilisés pour identifier des risques pertinents. Ces groupes ont ensuite évalué l’impact et l’état de préparation d’Equinix comme étant faibles, moyens ou élevés, pour chacun des risques climatiques identifiés. Les seuils bas, moyen et haut ont été calibrés en fonction de l’impact stratégique. Les indicateurs utilisés pour classer l’impact et l’état de préparation correspondent à ceux utilisés dans le programme de gestion des risques de l’entreprise (ERM) d’Equinix et servent donc de base pour déterminer les risques qui nécessitent une action supplémentaire. Après le processus de notation, la probabilité des risques physiques a été évaluée au moyen d’une analyse de scénarios, comme décrit précédemment, en raison de l’incertitude temporelle des risques climatiques physiques.

Pour plus d’informations, consultez les réponses d’Equinix à aux questions C2.1b, C2.2, et C2.2a du questionnaire de CDP

Décrire les processus de gestion des risques liés au climat mis en place par l’entreprise. Les risques liés au climat sont classés par ordre de priorité dans le cadre de notre analyse de scénarios. Les critères d’importance relative seront déterminés après modélisation par l’analyse de scénarios et une identification des implications financières et stratégiques des risques prioritaires.

Les équipes d’Equinix chargées de la gestion des risques d’entreprise (ERM – Enterprise Risk Management) et du programme de continuité des activités (BCP – Business Continuity Program) sont responsables de l’identification, de la hiérarchisation et de l’évaluation des risques et conséquences, ainsi que de la mise en œuvre de mesures visant à réduire l’impact des menaces et des risques liés au climat. Les risques stratégiques, financiers, opérationnels et réglementaires sont évalués au niveau de l’entreprise dans le cadre du processus de gestion des risques. Les risques sont identifiés selon quatre domaines clés (risques stratégiques, financiers, réglementaires et opérationnels) et concernent les opérations directes, les impacts en amont et les impacts en aval.

Pour identifier les risques au niveau de l’entreprise, l’équipe ERM mène des enquêtes et des entretiens périodiques avec ses principaux cadres et dirigeants. Les risques suivants sont ainsi analysés : cybersécurité, pannes au sein des IBX, concurrence, problèmes liés au climat dans le domaine de l’énergie (disponibilité en amont, fiabilité, tarification), risques de transition (préférence des consommateurs en aval, politique en matière d’énergies renouvelables, innovations technologiques) et risques physiques (tremblements de terre, ouragans, inondations et sécheresses). L’équipe ERM consolide ces informations et crée une carte thermique des risques qui est utilisée pour évaluer et hiérarchiser les dix principaux d’entre eux. Les résultats sont ensuite partagés par l’équipe de direction et mis à jour régulièrement lors des réunions du comité de nomination et de gouvernance. En 2022, l’équipe ERM a adopté une approche en deux phases pour mettre à jour la liste des principaux risques. Les entretiens avec les cadres dirigeants et le conseil d’administration ont permis d’établir une première liste de risques qui a été examinée par l’ensemble du conseil d’administration. Cette liste a été utilisée pour réaliser une enquête auprès des dirigeants et les données recueillies dans le cadre de ces deux processus seront utilisées pour définir une liste de risques actualisée. L’équipe ERM, en collaboration avec le CEO et le comité de nomination et de gouvernance, sélectionne les cinq à dix principaux risques, qui font ensuite l’objet d’une évaluation plus approfondie. Le processus d’évaluation des risques permet d’identifier les facteurs de risque, les efforts d’atténuation, les méthodes, lacunes et plans d’actions, pour aboutir à un profil de risque. Un responsable est désigné pour gérer chaque risque et le profil de risque associé. Il assure un reporting vers le comité des talents, de la culture et de la rémunération, le comité d’audit et/ou le comité des nominations et de la gouvernance du conseil d’administration. Chaque profil de risque est mis à jour périodiquement et comprend les éléments suivants : personne responsable ou son délégué, définition du risque, score de risque, efforts pour maîtriser le risque, facteurs, contrôles et autres mesures de gestion de ces risques. Il définit également la propension à prendre des risques pour chaque risque ainsi que les principaux indicateurs de risque (KRI – key risk indicators). Nous avons mené à bien un processus d’évaluation des risques climatiques, c’est-à-dire un examen approfondi des risques potentiellement liés au climat en fonction de leur probabilité, de leur importance et de leur impact sur l’entreprise à court, moyen et long terme. Le cadre de ce processus était global et incluait à la fois les impacts à l’échelle de l’organisation et les impacts au niveau des infrastructures.

Pour identifier et évaluer les risques au niveau du datacentre, le processus commence lors de la sélection du site, lorsque les expositions aux risques naturels sont identifiées et prises en compte dans le cadre de l’analyse de rentabilité du site. Ces informations sont fournies à l’équipe chargée de l’immobilier et sont des critères de décision pour la sélection d’un site. Ces informations sont également relayées à l’équipe chargée de la conception et des constructions afin que les problèmes spécifiques à un site donné soient pris en compte. Des solutions de conception potentielles sont créées pour faire face aux risques identifiés. L’équipe chargée de la continuité des activités procède, ensuite, chaque année à une évaluation des menaces et des risques pour chaque datacentre, ce qui permet d’identifier les principaux problèmes ainsi que leur impact et leur probabilité. Les risques sont évalués et notés en fonction de leur impact, de leur probabilité et de leur gravité, mais aussi sur la base de leur impact potentiel sur les personnes (décès et blessures), les biens (pertes et dommages) et les activités (perte de parts de marché, interruption des activités) en cas d’incident. Les risques physiques tels que les ouragans et les inondations sont inclus dans l’évaluation. L’évaluation des risques est mise à jour chaque année et comprend des risques conformes au Global Risks Report du forum économique mondial. Ces informations sont présentées au Comité de pilotage exécutif sur le développement durable, qui comprend le responsable mondial des opérations ainsi que des cadres et des experts spécialisés d’Equinix, qui se réunissent au moins une fois par trimestre.

Pour plus d’informations, consultez les réponses d’Equinix à aux questions C2.1b, C2.2, C2.2a, C3.3 et C3.4 du questionnaire de CDP

Décrire comment les processus d’identification, d’évaluation et de gestion des risques liés au climat sont intégrés dans la gestion globale des risques de l’entreprise. Les indicateurs utilisés pour évaluer les risques climatiques pertinents dans notre méthode de sélection climatique sont conformes aux indicateurs utilisés dans notre processus de gestion des risques de l’entreprise.

Pour plus d’informations, consultez les réponses d’Equinix à aux questions C2.1b, C2.2 et C2.2a du questionnaire de CDP

Indicateurs et objectifs :
Divulguer les indicateurs et les objectifs utilisés pour évaluer et gérer les risques et les opportunités liés au climat, lorsque ces informations sont significatives.
Divulguer les indicateurs utilisés par l’entreprise pour évaluer les risques et les opportunités liés au climat, conformément à sa stratégie et à son processus de gestion des risques. Equinix utilise différentes mesures pour estimer son exposition aux risques physiques et de transition liés au climat, ainsi que les opportunités qui en découlent. Notre stratégie d’évaluation des risques climatiques a permis d’identifier d’autres indicateurs clés à suivre pour mieux comprendre notre exposition future aux risques liés au climat. Les indicateurs du risque de transition portent sur le coût de l’électricité renouvelable, l’efficacité énergétique, la consommation et la distribution d’énergie, les progrès en matière d’implication des fournisseurs et nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Les indicateurs des risques physiques sont axés sur notre consommation d’eau, notre consommation d’électricité à partir du réseau, l’augmentation de l’approvisionnement durable et la résilience de notre infrastructure physique mondiale.

Pour plus d’informations, consultez les réponses d’Equinix à aux questions C2.1b, C2.2, C4.1, C4.1a, C4.2 et C4.2a du questionnaire de CDP

Publier les émissions de gaz à effet de serre (GES) de Scope 1, de Scope 2 et, éventuellement, de Scope 3, ainsi que les risques qui y sont liés. Les émissions de 2022, conformément au protocole sur les gaz à effet de serre, sont les suivantes :

Scope 1 : 40 300 mtCO2e

Scope 2 (en fonction du marché): 228 200 mtCO2e

Scope 3 : 1 292 000 mtCO2e

Depuis 2015, Equinix évalue et déclare ses émissions de gaz à effet de serre conformément au Greenhouse Gas Protocol (protocole des gaz à effet de serre). Ces mesures et ce reporting permettent à Equinix de réduire intrinsèquement l’exposition d’Equinix aux attentes croissantes des parties prenantes (employés, clients et investisseurs, par exemple) en matière de divulgation des émissions et de réglementation sur la publication des informations sur le climat par les entreprises. Les risques associés à l’empreinte d’Equinix dans la transition vers une économie à faibles émissions de carbone comprennent un risque lié aux politiques qui déterminent la tarification du carbone et un risque lié à la réglementation des réductions des émissions de gaz à effet de serre des entreprises.

Pour plus d’informations, consultez les réponses d’Equinix à aux questions C6.1, C6.3 et C6.5 du questionnaire de CDP.

Décrire les objectifs fixés par l’entreprise pour gérer les risques et les opportunités liés au climat, ainsi que les résultats obtenus en fonction de ces objectifs. Equinix s’est fixé pour objectif de devenir climatiquement neutre à l’échelle mondiale en ce qui concerne les émissions de Scope 1 et 2 et de couvrir 100 % de ses besoins en énergie renouvelable d’ici à 2030.

Equinix adhère à un objectif SBT à court terme qui vise à :

  • Réduire les émissions absolues de GES de Scope 1 et 2 de 50 % d’ici 2030 par rapport à l’année de référence 2019.
  • Réduire de 50 % les émissions absolues de GES de Scope 3 provenant des activités liées aux combustibles et à l’énergie au cours de la même période.
  • Augmenter l’approvisionnement annuel en électricité renouvelable, de 87 % en 2019 à 100 % d’ici 2030.
  • En outre, Equinix a pris l’engagement de faire en sorte que 66 % de ses fournisseurs, par le biais d’émissions qualifiées couvrant les biens et services achetés et les biens d’équipement, se fixent des objectifs SBT d’ici 2025.

Pour plus d’informations, consultez les réponses d’Equinix à aux questions C4.1, C4.1a, C4.2 et C4.2a du questionnaire de CDP.

Cybersécurité et confidentialité des données